Partenaires

CNRS INPT UPS



Rechercher

Sur ce site


Accueil > Evénements Scientifiques > Soutenances de Thèses et HDR > Thèses et HDR 2012 > Thèse Mélanie Leroux 7 novembre

Thèse Mélanie Leroux 7 novembre

11 octobre 2012

Simulation numérique du mouvement et de la déformation des neutrophiles : influence de la rhéologie et du type d’écoulement

Mercredi 7 Novembre à 10h00

Amphithéâtre Nougaro


Résumé

La faible déformabilité et l’accumulation des neutrophiles (globules blancs) dans les capillaires pulmonaires peuvent entraîner des syndromes de détresse respiratoire. Nous étudions le comportement des neutrophiles grâce à un code numérique diphasique de type Volume Of Fluid dans différentes configurations confinées. Les cellules sont représentées successivement par quatre modèles différents : dans un premier temps, nous les modélisons par un fluide newtonien caractérisé par sa viscosité et sa tension de surface. Le noyau très visqueux qu’elles contiennent est pris en compte dans un second temps sous forme d’un solide non-déformable grâce à une méthode de frontières immergées. Puis les effets élastiques sont considérés en modélisant le cytoplasme de la cellule par un fluide visco-élastique d’Oldroyd-B. Enfin, une membrane élastique est introduite autour du cytoplasme afin de séparer le mouvement du cytoplasme de celui du plasma. Nous examinons le comportement des cellules ainsi modélisées dans trois configurations : une géométrie de canaux en croix générant en son centre des écoulements linéaires, comme le dispositif des rouleaux de Taylor, une contraction isolée et un réseau périodique dans lequel la cellule traverse plusieurs contractions successives. Alors que la première configuration permet de placer les cellules dans des écoulements de déformation ou de cisaillement pur, les deux autres géométries se rapprochent davantage des configurations réelles. Les résultats mettent en évidence les différences de comportement de la cellule selon le modèle choisi. L’introduction d’un fluide visco-élastique diminue la viscosité effective des cellules et facilite ainsi leurs déformations et leur entrée dans les contractions géométriques. La membrane en revanche modifie de manière notable la forme des cellules et diminue leurs déformations.

Jury :

Thierry BIBEN, rapporteur

Marc JAEGER, rapporteur

Simon MENDEZ, examinateur

Anne-Virginie SALSAC, examinateur

Patrick TABELING, examinateur

Annie VIALLAT, examinateur

Jacques MAGNAUDET, directeur des travaux de recherche