Partenaires

CNRS INPT UPS



Rechercher

Sur ce site


Accueil > Agenda > Thèse D. Raus - 19 juin

Thèse D. Raus - 19 juin

29 mai

Transport sédimentaire sur rugosités immobiles : De l’hydrodynamique locale à la morphodynamique

Soutenance de thèse David Raus

Mardi 19 juin à 10 h 00 Amphithéâtre Nougaro

Résumé :

Cette étude, en partenariat avec l’AFB (Agence Française pour la Biodiversité), a pour objectif de comprendre le devenir des sédiments qui ont été bloqués dans des barrages hydrauliques. Lors des « chasses » (lâchers massifs d’eau) réalisées pour assurer la continuité écologique des cours d’eau avec retenues, une certaine quantité de sédiments est relarguée en aval de la retenue, ces sédiments sont ensuite transportés sur un fond de rugosités immobiles à différentes échelles (gravier, galets, rochers). L’objectif de cette thèse est donc d’étudier comment la présence de grains grossiers et immobiles peut avoir un effet sur les différentes échelles du transport de sédiment. Au travers de trois études expérimentales en canaux hydrauliques à surface libre, dans lesquelles les grains grossiers immobiles sont modélisés par une canopée d’hémisphères régulièrement espacés, différents impacts de la présence des rugosités immobiles sont mis en exergue.
Une étude préliminaire a tout d’abord pour objectif de comprendre comment l’apparition d’une rugosité isolée dans du sédiment a pour effet de modifier les conditions d’hydrodynamique locale à l’amont de cette rugosité, en particulier par la mise en place d’un système de tourbillon (tourbillon en fer à cheval) pouvant accentuer le taux d’érosion locale. Ce tourbillon, très documenté pour des rugosités à géométrie simple, demeure très peu étudié dans le cas d’obstacle aux parois courbées de type grains de rivière. Cette étude montre alors que les dimensions et l’intensité du tourbillon en fer à cheval sont plus faibles dans le cas d’un obstacle aux parois inclinées et courbées que dans le cas d’un obstacle aux parois normales au fond, ce phénomène étant expliqué par la facilité du fluide à contourner et l’obstacle, et donc la diminution du gradient de pression adverse à l’amont de l’obstacle, responsable du décollement de la couche limite incidente et de la formation du tourbillon en fer à cheval.
Dans une seconde étude, l’hydrodynamique locale proche de sédiment placé dans un patch d’hémisphères est mesuré, pour différents niveaux de découvrement du patch et pour du sédiment collé au fond du canal. Il apparaît qu’en fonction du découvrement ($P = k/R$ avec $k$ la hauteur découverte d’une rugosité et $R$ sa hauteur totale), de forte variations locales de contrainte et de niveaux de turbulence au fond se mettent en place, le sédiment étant soumis à des sur-contraintes importantes à l’arrière des rugosités pour $P = 20\%$, mais protégés pour des découvrements plus importants. Une analyse par quadrants montre alors que ce phénomène peut être expliqué par la capacité des événements turbulents instantanés de forte intensité à pénétrer entre les hémisphères pour atteindre le sédiment.
Une troisième étude dans un canal aux dimensions plus importantes consiste à analyser la déstabilisation d’un lit sédimentaire initialement plat et recouvrant totalement une canopée d’hémisphères immobiles. En début de la déstabilisation du lit, des dunes se forment et croissent, jusqu’à ce que leur volume devienne limité par l’apport initial de sédiment. Des zones érodées apparaissent alors entre ces dunes, dans lesquelles on observe du sédiment protégé entre les hémisphères immobiles. Il apparaît alors que cette protection est dépendante de la dimension des zones érodées. Sur les temps longs et après évacuation des dunes en aval du canal, l’effet de protection des hémisphères immobiles sur le sédiment est mis en avant, avec en particulier l’obtention d’une forte dépendance du taux d’érosion des grains en fonction du niveau de découvrement des hémisphères, un ralentissement soudain de l’érosion étant obtenu pour $P \sim 50\%$.


Composition du jury :

  • David Hurther (LEGI - rapporteur)
  • Benoit Camenen (Irstea - examinateur)
  • Katell Guizien (LECOB - examinatrice)
  • Philippe Baran (Invité)
  • Koen Blanckaert (TU Wien - rapporteur) en visioconférence