Partenaires

CNRS INPT UPS



Rechercher

Sur ce site


Accueil > Evénements Scientifiques > Conférences et Séminaires > Conférences et séminaires 2011 > Séminaire Emmanuel Lefrançois le 14 avril

Séminaire Emmanuel Lefrançois le 14 avril

4 avril 2011

Contributions au développement et à la validation d’outils numériques pour l’analyse des phénomènes de couplage fluide-structure

jeudi 14 avril 2011 à 10h30
Amphithéâtre Nougaro
E. Lefrançois, Laboratoire Roberval, Université Technologique de Compiègne
candidat potentiel pour un poste d’enseignant-chercheur

Résumé :
La présentation de ce séminaire s’articulera autour de l’analyse par une chaîne de traitement numérique de problèmes de couplage fluide-structure et s’appuiera sur les deux applications suivantes :

  • Application 1. (hydraulique) : ce sujet traite de l’interaction entre la dynamique d’un navire (tangage et/ou pilonnement) avec un écoulement en canaux confinés. Il y est notamment mis en évidence l’existence de deux profondeurs de surenfoncement, respectivement stable et instable pouvant conduire au phénomène critique (néfaste) de surenfoncement jusqu’au contact avec le fond, aussi appelé « squat ». Une analyse de sensibilité aux phases d’accélération du navire, de variation brutale ou répétitive du fond, montre qu’ils peuvent être les éléments déclencheurs de l’oscillation d’un navire avec le risque d’atteindre la profondeur critique instable ;
  • Application 2. (aérodynamique) : ce sujet traite de la prédiction du niveau de charges latérales (destructrices) dans un moteur fusée au démarrage et résultant des possibles interactions aéroélastiques entre l’écoulement sur-détendu (présence d’un choc) et la flexibilité du divergent. Cette flexibilité peut aussi bien résulter de son élasticité propre que de celle associée aux vérins de contrôle du moteur. Pour un régime de rotation forcée du moteur, il y est notamment montré un comportement du choc de compression analogue à un système masse-ressort et notamment l’existence d’une fréquence de résonance pour laquelle l’amplitude du mouvement de choc est maximale ainsi que les charges latérales qui en résultent.

    Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du pôle de recherche ATAC (Aérodynamique des Tuyères et Arrière-Corps) associant des écoles et universités avec le consortium CNES/ONERA/SNECMA/ASTRIUM.