Partenaires

CNRS INPT UPS



Rechercher

Sur ce site


Accueil > Evénements Scientifiques > Conférences et Séminaires > Conférences et Séminaires 2013 > Réduction de modèles en interaction fluide structure : bilan et perspectives.

Réduction de modèles en interaction fluide structure : bilan et perspectives.

20 juin 2013

Aziz Hamdouni, Laboratoire des Sciences de l’Ingénieur pour l’Environnement, Université de La Rochelle.
Mardi 2 juillet à 14h
Amphithéâtre Nougaro.

Résumé :
La réduction de modèles pour le calcul des écoulements, qui consiste à remplacer le problème aux limites initial par un modèle approché à très peu de degré de liberté, est un thème de recherche très actif depuis plus d’une décennie. Elle ouvre la voix à des calculs en temps réel pour le contrôle actif ou l’optimisation de forme. Elle est utilisée dans de nombreux domaines d’application en mécanique des fluides. La technique la plus populaire est la décomposition orthogonale aux valeurs propres (POD). Il s’agit d’une technique de réduction où le modèle de départ est projeté sur une base optimale au sens d’une norme énergétique. Pour les problèmes d’interaction fluide structure où le domaine fluide évolue en fonction du temps, la mise en oeuvre de la réduction de modèle par POD n’est pas immédiate. Elle peut exiger une reformulation du problème couplé dans le cas de grands déplacements de la structure. Dans ce séminaire, nous proposons de faire le point sur les avancées actuelles des méthodes de réduction de modèles en interaction fluide structure et en tracer des perspectives. Nous nous intéresserons d’abord aux méthodes dites a posteriori comme la POD qui exigent la connaissance préalable de la solution du problème sur quelques instantanées. Nous discuterons aussi les avantages et les limites des approches dites a priori, qui consiste à calculer la base réduite d’une manière itérative sans connaissance préalable sur la solution, il s’agit plus particulièrement de la méthode APR (a priori reduction) ou de la PGD (décomposition orthogonale généralisée). Enfin, on discutera d’un des problèmes cruciaux de la réduction de modèle : la construction de modèles réduits qui tiennent compte de l’évolution de la solution en fonction des paramètres du problème (nombre de Reynolds, géométrie du domaine, ..) .

Dans la même rubrique :