Partenaires

CNRS INPT UPS



Rechercher

Sur ce site


Accueil > Evénements Scientifiques > Conférences et Séminaires > Conférences et séminaires 2015 > Conférences P. Crausse et H. Boisson

Conférences P. Crausse et H. Boisson

24 avril 2015

Apport de l’utilisation des modèles réduits dans la conception des grands projets aéronautiques, fluviaux et portuaires.

Henri BOISSON, Directeur de recherche émérite de l’IMFT

Pierre CRAUSSE, Professeur honoraire INP-ENSEEIHT/IMFT

Lundi 27 avril à 13h45 - Amphithéâtre Nougaro

Résumé :

La maîtrise des mouvements de l’air et de l’eau a toujours été une préoccupation essentielle de l’Homme. Pour des projets de grande taille ou très sophistiqués, le recours à des modèles réduits ou maquettes a souvent été le moyen le plus pratique et le plus abordable pour accéder à la connaissance nécessaire pour atteindre ce but.

Dès l’antiquité, des pionniers ont utilisé la réduction d’échelle pour tester des solutions inventives et les éprouver avant d’entreprendre des travaux d’importance. Les domaines de l’aérodynamique et de l’hydraulique ont connu une évolution parallèle accélérée à partir du début du XXe siècle. Progressivement des équipes se sont constituées puis regroupées dans des laboratoires d’excellence eux-mêmes intégrés, par la suite, au sein de grands organismes nationaux et internationaux. Les essais réalisés dans ce cadre sont innombrables et ont touché les domaines de l’industrie et de l’environnement : hydraulique fluviale, maritime ou navale, hydroélectricité, aéronautique, espace, véhicules terrestres ou maritimes, météorologie, pollution atmosphérique etc… La simulation numérique profitant de l’énorme avancée des moyens de calcul tend à remplacer progressivement l’approche de la réalité à l’aide de modèles physiques, mais dans de nombreux cas les deux démarches sont complémentaires, chacune d’entre elles ayant des avantages et des inconvénients. Outre les organismes précédemment constitués, des sociétés de service en ingénierie sont de plus en plus impliquées dans ce processus de l’innovation. La question se pose de l’évolution probable de ces outils de recherche dans un monde dominé par les réseaux et la diffusion des savoirs et des technologies.